Add to favourites
News Local and Global in your language
20th of January 2018

علوم



50 ans de la loi Neuwirth : « La pilule permet aux femmes d’avoir le contrôle de leur vie »

La journaliste et productrice de télévision Daisy de Galard remet, le 26 novembre 1974 à l'Assemblée nationale, à Paris, le dossier « Les Femmes et l’Avortement » au docteur Henri Berger (au centre), en présence de Lucien Neuwirth (à droite), questeur de l’Assemblée nationale, avant l’ouverture des débats sur le projet de loi sur l’avortement de la ministre de la santé Simone Veil.

Tribune. J’arrête la pilule… Ce titre, quelque peu provocateur, d’un livre de Sabrina Debusquat (Les Liens qui libèrent, 304 pages, 19,50 euros) récent et pas toujours bien informé (non la mortalité due à la pilule n’est pas supérieure à celle due aux violences conjugales !) rend compte du rejet de cette technique de contraception par un certain nombre de femmes.

Autrefois symbole de la libération des femmes, elle est devenue celui d’une pratique hypermédicalisée, contraignante et assignée aux femmes pour le confort des hommes. Cette désaffection semble s’inscrire dans le contexte actuel d’une vogue du « naturel », qui mélange la pratique de la détox, du végan, au refus des vaccins et du gluten ou à la dénonciation de la médicalisation du corps des femmes (et des violences gynécologiques).

Comment faire comprendre aux jeunes femmes d’aujourd’hui ce que la pilule a pu représenter pour les femmes de notre génération ?

La génération des 20-30 ans paraît la plus véhémente et semble – du moins pour partie – aspirer à un retour à la nature, donc à des méthodes qui s’en inspirent. Elle s’interroge – et nous interroge ! – à la fois sur le risque couru par les femmes en s’imposant une prise quotidienne d’hormones et sur la non-participation des hommes à la responsabilité du contrôle de la procréation. Ah, la bonne vieille méthode Ogino… même améliorée par l’informatique ou l’examen de la glaire cervicale !

Comment faire comprendre aux jeunes femmes d’aujourd’hui ce que la pilule a pu représenter pour les femmes de notre génération ? Quoi leur dire pour éviter, ici encore, de jeter le bébé avec l’eau du bain ?

Faire revivre le sentiment de liberté

La légitimité de la dissociation entre sexualité et procréation a été mise en avant dès le début des années 1960 (très en retard, d’ailleurs, par rapport aux pays nordiques et anglo-saxons), dans une perspective de modernisation de la société qui reconnaît enfin le droit...

Read More




Leave A Comment

More News

المغرب اليوم |

Sciences : Toute

Le Figaro - Sciences &

Disclaimer and Notice:WorldProNews.com is not the owner of these news or any information published on this site.